Pays et habitants


Histoire

L’histoire de la Principauté du Liechtenstein commença en 1719, lorsque l’empereur Karl VI éleva la seigneurie de Schellenberg et le comté de Vaduz au rang de principauté d’Empire. Les princes de Liechtenstein avaient déjà acquis Schellenberg en 1699 et Vaduz en 1712, qui allaient constituer désormais la Principauté du Liechtenstein.

Petit Etat au cœur de l’Europe

Il a beau être petit, le pays sis entre la Suisse et l’Autriche n’en est pas moins un Etat souverain signataire de nombreux accords dans les domaines de l’économie, de la formation, du trafic et de la culture. La Principauté est également membre de la communauté internationale et joue un rôle actif dans l'Organisation des Nations Unies (ONU), au Conseil de l’Europe, dans l'Association européenne de libre-échange (AELE), dans l'Espace économique européen (EEE), dans l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et dans l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

Les produits du secteur industriel liechtensteinois sont exportés dans le monde entier. La place financière a évolué de place bancaire en centre international de prestations des services financiers avec des sociétés d’investissements et d’assurances qui se distinguent par des normes extrêmement élevées en termes de compétence, de sécurité et de diligence.

Régime et pouvoir de l’État

Le Liechtenstein est une monarchie héréditaire constitutionnelle reposant sur des principes démocratiques et parlementaires. Le terme de monarchie héréditaire signifie qu’en règle générale, le fils aîné du chef de l’État régnant lui succède à sa mort. Le terme ‘constitutionnel’ indique que le prince est tenu à respecter les dispositions de la Constitution dans l’exercice de sa souveraineté.

Selon la Constitution, le pouvoir de l’État est le fait, conjointement, du prince et du peuple. Les citoyens ont la compétence d’exercer une influence sur la conduite de l’État par le biais d’élections et de votations. Le droit d’initiative permet au peuple d’exiger des nouvelles lois ou des modifications de la Constitution, le droit de référendum lui permet d’exiger des votations populaires sur les décisions du Parlement.

Principauté

Le prince Hans-Adam II est le 13ème prince de la maison de Liechtenstein. Il a accédé à la tête de l’État en 1989, après la mort de son père, le prince Franz Josef II. Depuis 2004, c’est toutefois le prince héritier Alois qui conduit les affaires de l’État en son nom, Hans-Adam II restant toutefois prince.

Séparation des pouvoirs
Le parlement se compose de 25 députés élus par le peuple pour un mandat d’une durée de quatre ans. Le gouvernement comprend le chef du gouvernement et quatre membres parmi lesquels est choisi le suppléant du chef du gouvernement. Le gouvernement est élu également pour une durée de quatre ans et fonctionne sur la base du principe de la collégialité.

Les tribunaux exercent la justice. Le Fürstliches Landgericht est un tribunal de première instance en matières civiles et pénales, le Fürstliches Obergericht (cour d'appel) est la deuxième instance et le Fürstlicher Oberste Gerichtshof (cour de cassation) la troisième instance. Le Verwaltungsgerichtshof s’occupe des cas administratifs tandis que la Staatsgerichtshof (haute cour de justice) exerce avant tout la fonction de haute cour constitutionnelle.

Structure de l’État

En raison des dimensions restreintes du pays, la structure fédéraliste classique avec des Länder ou des cantons n’est pas nécessaire. Le Liechtenstein a cependant deux circonscriptions électorales: l’Oberland correspond à l’ancien comté de Vaduz, l’Unterland à l’ancienne seigneurie de Schellenberg.

Les onze communes du pays font également partie de la structure de l’État. Elles disposent chacune de leurs propres autorités politiques et de leur propre administration. Sur le plan politique, les communes sont dirigées par un maire et un conseil communal constitué de six à douze membres selon la taille des communes. Les citoyens disposent du droit d’initiative et de référendum également au niveau communal.

Économie

L’économie du Liechtenstein est bâtie sur une structure extrêmement diversifiée. Elle ne repose pas uniquement sur l’importance de la place financière à vocation internationale, mais également sur le secteur industriel compétitif sur les marchés mondiaux. Le commerce est axé principalement sur le marché intérieur et la région voisine de la Suisse.

L’essor économique du pays après la Seconde Guerre mondiale est souvent décrit comme un ‘petit miracle économique’. Les bonnes conditions locales ont également contribué à cette réussite, dont font partie le système juridique stable, la politique économique libérale et les conditions fiscales avantageuses. Un élément très important est l’appartenance à l’espace économique suisse avec l’adoption du franc suisse comme monnaie.

Loisirs et vacances

En dépit de son petit territoire, le Liechtenstein offre un paysage très varié qui s’étend de la plaine de la vallée du Rhin aux sommets rocheux des Alpes en passant par les régions de collines. A un jet de pierre des zones industrielles et du trafic, la nature invite tout le monde à séjourner et permet de se détendre ou de faire du sport. Chacun des trois types de paysage - la vallée du Rhin, les versants de part et d’autre du fleuve et le massif alpin - accueille une faune et une flore qui lui est propre.

Le paysage largement préservé dans la vallée à l’écart des axes de circulation et la nature souvent intacte dans le massif alpin font du Liechtenstein une destination d’excursions et de vacances attrayante. L’offre en activités de détente et de sport est étendue tout au long de l’année et répond aux besoins de chacun.

Scène culturelle

La palette de l’offre culturelle est vaste en dépit de la petitesse du pays. La diversité culturelle s’étend de la musique au théâtre, de la littérature à l’art et aux coutumes. Les nombreuses associations des villages, soutenues par l’État et les communes, apportent une contribution importante à la vie culturelle. Avec le Kunstmuseum (musée des beaux-arts) au centre de Vaduz, le Liechtenstein dispose d’un véritable atout culturel ouvert au monde qui enrichit la vie culturelle du pays tout en constituant un pôle d’attraction pour le milieu artistique international.

Traditions et coutumes

Les amateurs d’histoire apprécient différents musées au Liechtenstein, tels que le Liechtensteinische Landesmuseum, le musée des Walser et le musée de la Poste. Le Landesmuseum, considéré comme un musée national, ne se trouve pas dans un bâtiment moderne, mais dans l’ancienne ‘Fürstliche Taverne’ qui, avec la Landesverweserhaus (ancienne maison du chef du gouvernement), constitue le bâtiment du musée. Les expositions présentent l’évolution du Liechtenstein depuis la préhistoire jusqu’au développement économique en passant par l’histoire de la culture et de la religion.

Sur la terrasse ensoleillée de Triesenberg, un fief des Walser, le musée qui porte leur nom retrace l’histoire de l’immigration des Walser et la vie des paysans de montagne.

Le musée de la Poste à Vaduz est dédié aux timbres-poste du Liechtenstein émis depuis 1912. La présentation en textes et en illustrations de la fabrication des timbres complète l’exposition de toutes les séries émises à ce jour par la Principauté.

Au Liechtenstein, les coutumes se veulent en lien étroit avec les musées. Malgré l’ouverture au monde et l’intégration dans le réseau international, la survivance des coutumes conserve une importance toute particulière dans la Principauté, tel un pont entre la tradition et la modernité.

Le refuge 'Pfälzer Hütte', une destination populaire parmi les randonneurs